Category Archives: Linux

Kankun smart plug

Hello,

A la demande « pressente » de @iooner :p je vais vous parler d’un produit que je viens de recevoir à la maison pour piloter une prise de courant.

Ce petit joujou est en fait un relai piloté par une carte supportant linux (OpenWrt) en wifi. C’est un produit qu’on trouve sur Amazon (désolé @iooner en effet c’est qu’en amérique du nord qu’on trouve ça pour le moment) ou sur alibaba (@iooner t’as peut être une chance :p) et il est vraiment donnée pour 30$.

Kankun_KK-SP3_Board_Large New-2014-CN-Ver-Original-Kankun-Smart-Plug-Wifi-Remote-Control-Socket-Intelligent-Charger-Wireless-Control

 

Bon je vous passe le fait qu’il y a des applications iphone et android qui vous permette de piloter et de programmer cela facilement.

Si je vous en parle c’est parce que la base est de l’openwrt et que pour le coup ça devient facile de faire ce que l’on veut avec. :)

Pour commencer il faudra initialiser votre prise avec un téléphone (android ou ios)
C’est très bien expliqué dans la notice et ça marche bien pour le connecter à votre réseau wifi. Une fois que c’est fait vous pouvez y accéder depuis le réseau facilement avec leur application.

Mais ce qui est top et le plus magique c’est qu’on peut accéder à sa prise en ssh :D

Pour cela rien de plus simple. Faut juste trouver l’ip sur votre réseau mais ça je vous laisse trouver l’outil pour ça

 ssh root@XXX.XXX.XXX.XXX

après faut le mot de passe pour moi c’est celui là qui a marché

p9z34c

Pour d’autres c’est admin et d’autres encore il faut faire un telnet XXX.XXX.XXX.XXX et un passwd pour initier le password.

Capture d’écran 2014-12-05 à 23.36.00

et voilà maintenant vous avez un petit linux facilement accessible :)

Mais comme je veux pousser un peu plus loin le truc et me faire un lien avec un serveur centralisant le pilotage de plusieurs prises il faut que je trouve un moyen facile de piloter tout ça. C’est là qu’intervient la bonne communauté du plug X)

On va implémenter un petit script cgi pour piloter depuis une requête http la prise.

Pour cela toujours connecté en ssh, il faut se créer un petit répertoire /www/cgi-bin
et construire le script cgi, json.cgi comme suit (un petit coup de vi)

#!/bin/sh
echo « Content-Type: application/javascript »
echo « Cache-Control: no-cache, must-revalidate »
echo « Expires: Sat, 26 Jul 1997 05:00:00 GMT »
echo

VERSION=0.0.1
RELAY_CTRL=/sys/class/leds/tp-link:blue:relay/brightness
TIMINGS=`tail -n+3 /etc/online.txt | sed ‘:a;N;$!ba;s/\n/ », »/g’`
IP_ADDRESS=`ifconfig wlan0 | sed ‘:a;N;$!ba;s/\n/ », »/g’ | grep -E -o ‘[0-9]+\.[0-9]+\.[0-9]+\.[0-9]+’ | head -n 1`

get=$(echo « $QUERY_STRING » | sed -n ‘s/^.*get=\([^&]*\).*$/\1/p’ | sed « s/%20/ /g »)
set=$(echo « $QUERY_STRING » | sed -n ‘s/^.*set=\([^&]*\).*$/\1/p’ | sed « s/%20/ /g »)
callback=$(echo « $QUERY_STRING » | sed -n ‘s/^.*callback=\([^&]*\).*$/\1/p’ | sed « s/%20/ /g »)

case « $get » in
state)
case « `cat $RELAY_CTRL` » in
0) echo « $callback({\ »state\ »:\ »off\ »}) »
;;
1) echo « $callback({\ »state\ »:\ »on\ »}) »
;;
esac
;;
timing)
echo « $callback({\ »timings\ »:[\ »$TIMINGS\ »]}) »
;;
esac

case « $set » in
on)
echo 1 > $RELAY_CTRL
echo « $callback({\ »ok\ »:true}) »
;;
off)
echo 0 > $RELAY_CTRL
echo « $callback({\ »ok\ »:true}) »
;;
esac

if [ -z « $get » ] && [ -z « $set » ]; then
echo « $callback({\ »info\ »:{\ »name\ »:\ »kankun-json\ »,\ »version\ »:\ »$VERSION\ »,\ »ipAddress\ »:\ »$IP_ADDRESS\ »},\ »links\ »:{\ »meta\ »:{\ »state\ »:\ »http://$IP_ADDRESS/cgi-bin/json.cgi?get=state\ »,\ »timing\ »:\ »http://$IP_ADDRESS/cgi-bin/json.cgi?get=timing\ »},\ »actions\ »:{\ »on\ »:\ »http://$IP_ADDRESS/cgi-bin/json.cgi?set=on\ »,\ »off\ »:\ »http://$IP_ADDRESS/cgi-bin/json.cgi?set=off\ »}}}) »
fi

 

Vous retrouverez le code ici

https://github.com/homedash/kankun-json

ensuite il n’y a plus qu’à s’amuser avec les requêtes qui vont bien
pour avoir des infos: http://$IP_ADDRESS/cgi-bin/json.cgi
Jour:

http://$IP_ADDRESS/cgi-bin/json.cgi?set=on

Nuit:

http://$IP_ADDRESS/cgi-bin/json.cgi?set=off


et voilà bon évidemment ce n’est pas protégé par mot de passe mais bon normalement il n’y a personne d’autre qui va lancer ce genre de requête dans mon réseau interne…même si il ne faut pas oublier que c’est qd même un boitier chinois à 30$ et que ça se trouve c’est une porte d’entrée pour la nsa chinoise #parano… mais bon faut tester. Un petite page html dans le répertoire /www/ pour que http://$IP_ADDRESS soit clean. Voir même y créer 2 gros boutons ON/OFF utilisant les liens précédents.

voilà il y a aussi plein d’info sur la petite communauté

https://plus.google.com/communities/115308608951565782559

Bon c’est vrai que c’est pas mal et en plus c’est tout petit mais ça ne vaut pas ma multiprise « Nicolas » en cpl :)

Allez je vous laisse vous amuser avec ce super plug an.. à bientôt X)

So enjoy!

Tomcat en mode cluster et avec session multicast

Hello,

Je m’amuse toujours comme un petit fou à utiliser mon petit cluster cubietruck et là je me suis décidé à l’utiliser avec tomcat.

Pour commencer, j’ai 3 serveurs que je vais appeler simplement server1, server2 et server3.

Et donc le principe est assez simple c’est de mettre en frontal sur le server1 un apache qui va jouer le rôle de load balancer sur 3 instances de tomcat, une sur server1,2 et 3.

APACHE

Sur le serveur principal (server1) il vous faudra installer apache et un mod

sudo apt-get install apache2 libapache2-mod-jk

ensuite éditez le fichier /etc/apache2/mods-available/jk.conf

et modifiez le de telle façon http://svn.apache.org/repos/asf/tomcat/jk/trunk/conf/httpd-jk.conf

sudo nano /etc/libapache2-mod-jk/workers.properties

//workers.properties
worker.list=loadbalancer,status
worker.server1.port=8009
worker.server1.host=server1.com
worker.server1.type=ajp13

worker.server2.port=8009
worker.server2.host=serevr2.com
worker.server2.type=ajp13

worker.server3.port=8009
worker.server3.host=server3.com
worker.server3.type=ajp13

worker.server1.lbfactor=1
worker.server2.lbfactor=1
worker.server3.lbfactor=1

worker.loadbalancer.type=lb
worker.loadbalancer.balance_workers=server1,server2,server3

worker.status.type=status

d’ailleurs dans les différents fichiers hosts il faudra que vous rajoutiez l’adresse ip et l’adresse dns associée pour qu’ils se connaissent mutuellements sous les noms server1.com, server2.com et server3.com

Modifiez les paramètres d’apache

 sudo nano /etc/apache2/sites-available/default

comme suit

<VirtualHost *:80>.

………………..

JkMount /status status

JkMount /* loadbalancer

</VirtualHost *:80>

et pour finir un petit redémarrage

service apache2 restart

 

TOMCAT

Téléchargez la dernière version de tomcat et java si vous ne l’avez pas déjà (booooooooooooohhhh si vous ne l’avez pas!!!!) et placez les fichiers décompresser dans un répertoire de travail sur les 3 serveurs. Vous pourriez faire un apt-get mais je préfère pas c’est plus simple à gérer à la main je trouve.

éditez le fichier tomcat/conf/server.xml

décommentez

<Connector port= »8009″ protocol= »AJP/1.3″ redirectPort= »8443″ />

dans la balise engine

<Engine name= »Catalina » defaultHost= »localhost » jvmRoute= »server1″>

<!–For clustering, please take a look at documentation at:
/docs/cluster-howto.html (simple how to)
/docs/config/cluster.html (reference documentation) –>
<!–
<Cluster className= »org.apache.catalina.ha.tcp.SimpleTcpCluster »/>
–>
<Cluster className= »org.apache.catalina.ha.tcp.SimpleTcpCluster »
channelSendOptions= »8″>
<Manager className= »org.apache.catalina.ha.session.DeltaManager » 

     expireSessionsOnShutdown= »false » 

      notifyListenersOnReplication= »true »/>
<Channel className= »org.apache.catalina.tribes.group.GroupChannel »>
<Membership className= »org.apache.catalina.tribes.membership.McastService » 

     address= »228.0.0.4″
     port= »45564″
     frequency= »500″
     dropTime= »3000″/>
<Receiver className= »org.apache.catalina.tribes.transport.nio.NioReceiver »
     address= »auto »
     port= »4000″
     autoBind= »100″
     selectorTimeout= »5000″
    maxThreads= »6″/>
<Sender className= »org.apache.catalina.tribes.transport.ReplicationTransmitter »>
    <Transport className= »org.apache.catalina.tribes.transport.nio.PooledParallelSender »/>
</Sender>
<Interceptor className= »org.apache.catalina.tribes.group.interceptors.TcpFailureDetector »/>
<Interceptor className= »org.apache.catalina.tribes.group.interceptors.MessageDispatch15Interceptor »/>
</Channel>
<Valve className= »org.apache.catalina.ha.tcp.ReplicationValve »
       filter= ».*\.gif;.*\.js;.*\.jpg;.*\.png;.*\.css;.*\.txt; »/>
<ClusterListener className= »org.apache.catalina.ha.session.ClusterSessionListener »/>
</Cluster>

<Context distributed= »true » path= »/ » /> #chemin des applis distribuées

</Engine>

 

maintenant tout est près à déployer.

Mettez en place tous vos tomcat sur tous vos serveurs, par contre faites attention dans votre server.xml de mettre à jour la balise engine avec le bon nom du worker  jvmRoute= »serverX »

Avant de tout lancer il faut activer le multicast sur tous les serveurs pour qu’ils puissent se reconnaître.

sudo route add -net 224.0.0.0 netmask 240.0.0.0 dev eth0

netstat -nr

Maintenant vous pouvez tout lancer tomcat/bin/startup.sh.

D’ailleurs si vous voulez pointer vers une autre version de java n’oubliez pas que vous pouvez créer un fichier setenv.sh dans ce répertoire bin comme par exemple

export JAVA_HOME=/root/Workspace/java/jdk1.8.0_06

export CATALINA_PID= »$CATALINA_BASE/tomcat.pid »

Dans ce cas j’ai eu qq problème car à déplacer des fichiers (java et tomcat) j’ai perdu qq droits d’exécution donc un petit chmod +x * dans les répertoires bin (java et tomcat) devrait résoudre le pb.

Si vous voulez vérifier que tout fonctionne il y a un fichier jsp qui traîne ici que vous pourrez déposer dans webapps/examples/jsp

par contre pour rendre une application distribuable il faudra que le fichier web.xml de l’appli contienne l’information

<distributable/>

Donc n’oubliez pas de mettre à jour le web.xml de « examples »

 

Voici un très bon tuto et cet autre tuto qui m’ont permis de réaliser cela.

So Enjoy!

ip dynamique et ovh

Hello,

Le problème que j’ai rencontré est que j’ai une pauvre adresse dynamique chez mon fournisseur d’accès donc pour pouvoir retrouver mon adresse ça devient vite compliquer DynDNS c’est devenu payant et les autres je suis moyennement convaincu seul le port 80 est redirigé… bref sachant que j’héberge des serveurs chez ovh j’ai trouvé un petit outils plutôt pratique qui s’appelle updatedd qui permet de mettre à jour chez ovh les dns, donc on va mettre en place un script, un cron et on sera bon :)

Vous trouverez updatedd ici

Pour que ça fonctionne avec OVH il faudra faire une petite modification

nano updatedd-2.6/src/plugins/libovh.h

ligne 24 rajoutez « www »

#define DYNDNSHOST « www.ovh.com »

Après il n’y a plus qu’à builder

~$ ./configure

~$ make

~$ su

# make install

 

Avant de pouvoir faire quoi que ce soit il va vous falloir créer un compte DynHOST chez OVH. Et c’est tant mieux car il faut savoir que les identifiants seront envoyés en clair sur le net… super… mais bon c’est le jeux.

voici le tuto ovh qui vous explique comment créer votre compte dynhost.

maintenant vous pouvez exécuter la commande pour mettre à jour le dns.

updatedd ovh — –ipv4 ip username:password host

où ip: votre adresse ip, username le login dynhost, password, et le host: l’url que vous voulez y associer

il n’y a plus qu’à créer un script. Mais le problème c’est qu’il nous manque l’adresse ip il nous faut savoir qu’elle est notre adresse ip depuis l’extérieur. Là je vais faire intervenir un script php très simple que j’ai nommé  getipext.php:

<?php
$ip = getenv(« REMOTE_ADDR ») ;
Echo $ip;
?>

Et il va vous retourner votre adresse depuis l’extérieur.

Pour pousser le bouchon un peu plus loin voici un autre script pour savoir si on doit  faire une mise à jour du dns. Je l’ai appelé getiphost.php

<?php

$url = ‘host';
$ip = gethostbyname($url);

echo $ip;

?>

Voilà maintenant on va construire un script dynhostUpdate.sh pour gérer cette mise à jour et vous générer un fichier de log à chaque changement d’ip

#!/bin/sh

# OVH – DynHost
#
# Permet de mettre à jour le champ DYNHOST
# pour votre nom de domaine.

# La mise à jour ne se fait que si l adresse IP
# a effectivement changé.
# Fichier de log: dynhost.log

# Mod par Michoo_42

HOST=’host’
LOGIN=’username’
PASSWORD=’password’
LOCALPATH=’/xxx/xxx/xxx’

# Obtention de l adresse IP actuelle et celle enregistrée lors du dernier changement
#echo $LOGIN $PASSWORD $HOST
IP=$(curl -s http://siteweb/getipext.php)
OLDIP=$(curl -s http://siteweb/getiphost.php)

if [ « $OLDIP » != « $IP » ];
then
echo `date` « OLDIP: $OLDIP , NEW IP: $IP  » >> $LOCALPATH/dynhost.log
/usr/local/bin/updatedd ovh — –ipv4 $IP $LOGIN:$PASSWORD $HOST >> $LOCALPATH/dynhost.log
fi

voilà (chmod +x dynhostUpdate.sh) maintenant on passe au cron qui est un scheduler

crontab -e

et à la fin rajoutez la ligne qui va bien

*/30 *  * * * /chemin/dynhostUpdate.sh >/dev/null 2>&1

pour moi c’est toutes les 30 minutes mais après vous faites comme vous le sentez.

 

Voilà maintenant on va pouvoir passer aux choses sérieuses la mise en place du vpn ;)

So enjoy!

Installer Cyanogen et kali sur un Samsung Galaxy note 2

Hello,

Je cherchais un truc dans mes tiroirs quand je suis tombé nez à nez avec un Samsung Galaxy note 2 que ma femme avait mis de côté après l’achat d’un nouveau tel. Du coup j’ai oublié ce que je cherchais et je me suis amusé avec ce très bon téléphone :)

Donc j’ouvre la bête voir ce qu’il y avait dedans et là re-surprise je trouve une  carte micro SD de 64Go… comment dire c’est juste fou comment peut on abandonner cette petite chose là!!!

Je regarde donc ce que je peux faire rapidement et là je tombe sur Kali. Pour faire suite à mon précédent article sur kali sur mon macosx je me dis parfait je me lance!

 

Tout d’abord il faut être root de son android (tant qu’à faire, hein sinon c’est pas drôle) et je me dis au passage je vais lui faire une petite cure de jouvance avec la dernière release de Cyanogen.

là je tombe sur un tuto tout fait

Donc tout d’abord téléchargez et installez heimdall un outils qui va pouvoir écraser le rommanager d’origine avec clockwork (à télécharger ici).

Donc il suffit de démarrer le téléphone  avec Volume Down, Home, & Power accepter le disclaimer, brancher le câble USB à votre ordi possédant heimdallpuis lancez la commande:

heimdall flash –RECOVERY recovery-clockwork-6.0.4.3-n7100.img –no-reboot

Débranchez l’usb er rebootez en mode recovery Volume Up, Home, & Power (moi j’ai un peu galérer mais ça a fonctionné peut être que adb reboot recovery le ferait aussi)
Vous pouvez rencontrer des problèmes.

« ERROR: Claiming interface failed! ». Alors il faut désactiver le drivers USB.

Sur mac

sudo kextunload -b com.apple.driver.AppleUSBCDC;

sudo kextunload -b com.apple.driver.AppleUSBCDCACMControl;

sudo kextunload -b com.apple.driver.AppleUSBCDCACMData;

Ou bien si vous avez installé Samsung Kies:

sudo kextunload -b com.devguru.driver.SamsungComposite;

sudo kextunload -b com.devguru.driver.SamsungACMData

sudo kextunload -b com.devguru.driver.SamsungACMControl

 

 

téléchargez la version que vous souhaitez  sur l’excellent site de cyanogen

ensuite démarrez en mode recovery (adb reboot recovery )
Volume Up, Home, & Power

backup and restore histoire de ne pas se retrouver comme un couillon.
Vidage des données wipe data/factory reset.

Sur votre ordi poussez la version de cyanogenmod avec adb

adb push update.zip /storage/sdcard1/

une fois terminé reboot system now

et vous devriez avoir une rom toute neuve et être en super utilisateur

Ensuite installez google apps

maintenant vous avez un système fonctionnel et vous pourrez télécharger les applications suivantes
vnc viewer, linux deploy, WiFi Keyboard (pour pouvoir agir plus facilement au clavier)

Maintenant il faudra formatter votre carte sd en ext4 sur votre linux préféré autrement débrouillez vous. Moi le exFat ça l’a pas fait mais je n’ai pas poussé. En tout cas du fat32 vous pourrez pas avoir une image de plus de 4Go.
Vous pourrez ensuite l’insérez dans votre téléphone puis dans la fenêtre console

$ su

# chown media_rw:media_rw /mnt/media_rw/sdcard1

# chmod g+w /mnt/media_rw/sdcard1

et cela vous permettra d’avoir accès en écriture sur la partition en ext4 de votre sdcard :)

maintenant vous pourrez suivre un tuto pour installer kali en toutes tranquillité (chez korben )
faites une partition de 15000MB sinon il fera par défaut 4Gb et vous serez beaucoup trop juste…

Voilà vous pouvez lancer kali sur votre mobile…mais ce n’est pas parfait vous vous apperceverez qu’elle est quasi vide… il vous faudra faire une mise à jour

sudo apt-get update

sudo apt-get install kali-linux-full

sinon si vous voulez faire d’autres packages  moi je me suis juste installé kali-linux-web c’est suffisant pour mes besoins.

 

Voilà c’est là que ce termine ce tuto et c’est là que commence vos bidouilles :p

 

So enjoy!

 

Pycam sur Ubuntu 11.10

Hello,

Je suis en train de travailler sur la chaine de création DESIGN -> conversion GCode -> Usinage depuis EMC2 et j’ai pas mal galéré… Windows,Mac ou Linux…. que choisir…

Si vous préférez travailler sur windows vous trouverez évidemment cambam (pour une centaine d’euros sinon ya une versiond’essai d’une quarantaine d’utilisation) c’est un logiciel qui est vraiment bien! Il n’est pas dit que je ne craque pas un jour. Mais pour le moment je n’ai pas besoin de quelque chose de compliqué. Ah oui il y a aussi freemill qui est gratuit pas trop mal, ça vaut le coup d’essayer pour se faire son propre avis.

Mais j’ai eu un petit faible pour pycam sur Linux (sur Mac je n’ai pas réussi à faire marcher la partie viewer), un générateur de Gcode compatible avec EMC2 en python. Je le trouve plutot lisible car on peut générer tout le gcode jusqu’à la finition avec des outils différents.
Même si il est plutot long en temps de calcul pour les phases de finition il me plait bien.

Donc je vous ai fait un petit tuto pour l’installer sur la dernière version de Linux (car évidemment ça ne marche pas du premier coup mais c’est juste un problème de version de python)
Commençons par récupérer la dernière version pour linux sur le site de pycam


Une fois téléchargé, décompressez le fichier dans un coin. Avant de l’installer, on constate que  la version de python installée (2.7) dans ubuntu 11.10 n’est pascompatible avec pycam pour cela il faudra intégrer la version 2.6. Dans la console, faites un

sudo apt-get install python2.6

Ensuite,

sudo rm /usr/bin/python

pour supprimer le lien symbolique vers python2.7

Puis il faut faire le lien symbolique vers python2.6

ln -s /usr/bin/python2.6 /usr/bin/python

Après vous pourrez reprendre l’installation en installant les dépendances

sudo apt-get install python-gtk2 python-opengl python-gtkglext1 python-rsvg python-pyode python-guppy

il faudra sûrement rajouter un

sudo apt-get install pstoedit

(c’était mon cas pour la conversion de dxf,svg…)
Bon ensuite il faudra remodifier le lien symbolique pour que ça repointe vers python 2.7 car sinon ça fout la grouille dans l’os…

sudo rm /usr/bin/python

ln -s /usr/bin/python2.7 /usr/bin/python

 

Et là vous pourrez enfin lancer « pycam_0.5.1-1_all.deb » pour l’installation de pycam

Ce n’est toujours pas fini car quand vous lancerez l’appli, elle va utiliser python2.7 et donc ça ne marchera pas…
Je vous propose de créer un petit script pycam.sh

#!/bin/bash

/usr/bin/python2.6 /usr/bin/pycam

ce script serait, par exemple, à mettre dans /home/toto/ et comme tous les scripts il faudra le rendre exécutable. donc un petit

sudo chmod+x /home/toto/pycam.sh

Pour finir, il faudra modifier le lien du lanceur pour se simplifier l’utilisation sous ubuntu pour cela

sudo gedit /usr/share/applications/pycam.desktop

(gedit parce que c’est plus simple que vi qd même :) Et modifiez l’Exec

[Desktop Entry]

Version=1.0

Name=PyCAM

GenericName=Toolpath Generator

Comment=generate GCode for 3-Axis CNCmachining

Exec=/home/toto/pycam.sh

TryExec=pycam

Terminal=false

Type=Application

Categories=Development;Engineering;Robotics;Education;Science;2DGraphics;VectorGraphics;3DGraphicsMimeType=application/sla;image/svg+xml;application/postscript;image/vnd.dxf

Icon=pycam

Sauvegardez et quittez.

Et voilà c’est enfin fini!!! vous pourrez donc vous servir de pycam sur ubuntu 11.10 sans avoir flingué l’OS ;)

 

Après pour l’utilisation je vous laisse chercher un autre tuto. Mais voici quelques liens  intéressant:

 

Enjoy

Tagged , , ,

Mapping clavier macbook pour linux (en VM ou pas)

Bonjour,

 

Pour faire correspondre votre clavier MacBook avec votre console linux vous avez besoin d’une application qui s’appelle « console-data ». Elle est souvent installée de base… Si oui alors en mode console tapez:
dpkg-reconfigure -p low console-data

 

Autrement pour l’installer

$ sudo apt-get install console-data

Ensuite vous aurez à choisir dans une list (Full archives je crois) le choix suivant:

Mac / Unknown / French / Standard / MacBook

So Enjoy!

OpenVpn

Bonjour,

Voici comment mettre en place un client vpn sur Linux.

1) Dans votre terminal, tapez ‘sudo apt-get install network-manager-openvpn’ , entrez votre mot de passe et suivez les instructions.

2) … et voilà c’est terminé !!!

Vous aurez donc maintenant la possibilité de paramétrer votre connexion. Vous pourrez faire vos premiers tests avec http://www.ultravpn.fr/ qui vous permettra de créer un compte gratuit.

Un ptit tuto pour paramétrer ultravpn et un autre.

Si comme moi vous avez firestarter, une petite modif à apporter.

Voilà j’espère que cela vous aidera à paramétrer vos accès vpn.

Dernier lien vers un très bon article de chez Korben à ce sujet.

Les bases des commandes sur linux

Si vous ne vous rappelez jamais des commandes parce que vous naviguez entre Unix et Ms dos, voici des petits rappels pour Unix:

Tuto de doc.ubuntu

Un autre pour apprendre les commandes unix en 10 min.

Alors

Virtualbox – d'un serveur à un autre

Lorsque vous déplacez votre image vdi d’un serveur host à un autre host vous risquez d’avoir un problème de démarrage de eth0 de votre vdi. Pour cela il suffit de supprimer le fichier suivant :

sudo rm /etc/udev/rules.d/70-persistent-net.rules

Et au redémarrage de votre vdi c’est gagné! C’était un problème d’adresse mac qui ne correspondait pas d’un serveur à un autre.

Comment installer un ftp sur linux

-installation:

sudo aptitude install vsftpd

-config:

sudo vi /etc/vsftpd.conf

Décommentez le « write_enable » et le mettre à « YES ». Pour affiner le paramétrage regardez: vsftpd.conf

-redémarrer le service ftp:

sudo /etc/init.d/vsftpd restart

Et après avec les utilisateurs locaux du serveur vous pourrez y accéder sans problème!

Trop facile!

Bien évidemment je vous conseille de bien gérer les droits des utilisateurs. Pensez à créer des groupes c’est plus simple à gérer pour accéder aux bons fichiers. Regardez ce petit tuto.